Malgré une météo (encore !) plutôt fraiche, tout baigne dans l’huile d’olive !

On vous avait laissé la semaine dernière alors que le ciel nous tombait un peu sur la tête. Il a plu sans discontinuer samedi, dimanche et mardi. Lundi, une accalmie mais c’était très humide et froid. Les grandes quantités de pluie nous ont permis de voir que le lanterneau qu’on a posé en refaisant Louise n’était pas tout à fait étanche. On a donc passé plusieurs nuits avec une bâche sur le toit et un bout du coffre avant de pouvoir réparer la petite fuite. Le soleil a ensuite fait son grand retour mais le thermomètre peine à prendre l’ascenseur et la nuit, ça pèle encore bien. On constate gentiment que le vent est une constante par ici, surtout au bord de la mer.

Cette deuxième semaine en Grèce a été marquée par un retour en force du réveil matin pour cause de Workaway. Si le concept vous échappe, voilà la définition Wikipédia : réseau mondial qui met en relation des voyageurs prêts à donner un coup de main avec des hôtes qui ont besoin d’aide pour leurs projets ou leurs activités. On a « bossé » (sauf mardi à cause de la météo) pour Yannis et Vanessa, qu’on a contactés via cette plateforme. Alors on ne va pas vous mentir, on ne fait pas 45 heures hebdomadaires. C’est plutôt 5 heures quotidiennes. Mais le travail est physique, surtout pour Valou. On aide donc ce couple gréco-italien installé à Eleochoria (selon Yannis, 1er bled de tout le pays à démarrer la récolte des olives fin septembre). Ils sont revenus dans le village de la famille de Yannis pour construire leur maison écologique et s’occuper des 1’300 arbres des parents. Cette semaine, l’heure était à la taille des oliviers, effectuée par des locaux débrouillards et spécialisés (malgré une organisation à la grecque 😉 ). Une fois les branches coupées, on a aidé à les rassembler dans les allées pour qu’elles puissent ensuite être déchiquetées par une broyeuse qui doit encore être livrée dans les jours à venir.

Le Workaway, on kiffe déjà !

C’est notre première expérience de Workaway, et elle est vraiment positive, tant sur le plan humain qu’au niveau du projet pour lequel on s’est engagés. On s’entend hyper bien avec nos hôtes, qui ont notre âge, parlent plein de langues et ont vécu à plusieurs endroits en Europe. Grâce à eux et à leur famille, on continue à enrichir notre vocabulaire, mais l’alphabet différent continue de nous donner du fil à retordre. Ils nous cuisinent et nous montrent tous les jours des spécialités avec des produits locaux et maison. Et devinez quoi : les olives du domaine sont sur la table à chaque repas. Avec un goût et une texture qui n’ont pas grand-chose à voir avec celles qu’on trouve en Suisse. Philou, qui nous soutenait au début de la semaine encore que la diète méditerranéenne était très « légère » à ses yeux, arrose généreusement d’huile d’olive tout ce qui tombe dans son assiette et a un peu révisé son jugement. Pour la salade, il a promis de ne plus l’assaisonner autrement qu’avec de l’huile et du citron (Suzanne, navrée pour ta très bonne sauce aux 28 ingrédients…). Valou ne rechigne pas non plus quand il s’agit de goûter les différentes huiles. Elle est heureuse de ses retrouvailles avec le halva (sorte de nougat à base de sésame et de miel) et le tahini qui se mange ici sur les tartines au petit-déj.

Vanessa nous a par exemple fait une pita, sorte de chausson fourré aux poireaux et feta. On a réalisé ensemble les 11 couches de pâte riche en huile d’olive qu’il a fallu étaler puis superposer dans le plat.

Les olives n’auront plus jamais le même goût

Pendant qu’on est au champ aussi, on découvre tellement de choses sur la culture des olives (cycle de vie et santé des arbres, différences entre les variétés, irrigation, conditionnement après la récolte, système des coopératives, fabrication de l’huile, multiples vertus des oliviers), ça nous intéresse vraiment et nous donne plein d’idées pour la suite… On avait déjà cette opinion pour le vin, là c’est pareil : la culture des olives requiert un travail immense tout au long de l’année, c’est complètement fou !

A 50km au sud-est de Thessalonique, le village où on se trouve compte environ 300 personnes. Il est très rural, entouré d’oliveraies à perte de vue. On surplombe la mer et on aperçoit le Mont Olympe quand le ciel est dégagé. Les maisons sont en général petites, souvent pas tout à fait terminées (il semblerait que ce soit assez commun de laisser les fers à béton sur le toit au cas où, pour un deuxième étage…), et avec pas mal de bardas tout autour (vieilles caravanes, machines, voitures fichues, vieux meubles, poubelles en tous genres). On apprend peu à peu à cohabiter avec les chiens sauvages, ou errants, c’est selon. Il nous est arrivé d’en voir 3 ou 4 aboyer et courir à toute vitesse contre le bus sur la route alors qu’on roulait. Le réflexe a été de freiner, mais en observant les autres véhicules, on a plutôt compris qu’il fallait continuer sans trop se poser de questions :/

Voilà pour cette semaine. On passe le week-end en « Halkidiki », ou Chalcidique en français. C’est une région touristique composée de trois « jambes » comme disent les Grecs, des sortes de bras de mer. On a posé Louise sur la jambe du milieu, au bord d’une plage déserte à l’eau cristalline, et d’où l’on distingue le mont Athos et ses monastères réservés aux hommes…

2 commentaires sur « Malgré une météo (encore !) plutôt fraiche, tout baigne dans l’huile d’olive ! »

  1. Génial! Vous faites rêver :-)! Trop envie de prendre la route après vous avoir lu! Profitez-bien :-)! Vous faites envie avec les plats grecs 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :