Une semaine à l’intérieur des terres

C’est déjà samedi, jour qui rime avec un retour sur la semaine écoulée. Le temps file, quoi que l’on fasse de nos journées. On nous a déjà demandé plusieurs fois si on s’embêtait. La réponse est clairement non !

C’est vrai qu’on n’est pas très rapides, tout nous prend du temps (en moyenne 1h30 entre le réveil et le moment où on commence à faire quelque chose après le petit-déjeuner… (on se refait un café ?) ). Mais qu’est-ce que ça fait du bien de vivre comme ça !

Donc après la petite halte de samedi dernier Thessalonique, nous nous sommes réveillés dimanche dans un « lagon », d’après le panneau qui l’indiquait, à une dizaine de kilomètres de la ville. Agréable surprise le matin : parqués tout près de l’eau, on partage le petit-déjeuner avec des flamants roses qui ont atterri tout près de nous. Ensuite, on se remet en route vers Litochoro, au pied du Mont Olympe. L’après-midi, balade dans le village à pied et dans les alentours pour tester les vélos. On trouve un chouette et grand parking désert à côté du tennis club du bled. Il y a des arbres, des toilettes, de l’eau.

Pas besoin d’aller au marché, le marché vient à toi

Lundi matin, Valentine est réveillée très tôt par des gens qui parlent fort et des bruits de barre en métal. Après quelques minutes à écouter et à observer par la fenêtre ce qu’il se passe, elle comprend que les premiers exposantEs du marché (merci à nos hôtes de Workaway de nous avoir fait comprendre que c’est une habitude bien ancrée dans le coin!) sont entrain de monter leur stand. Contente qu’il ne s’agisse que de ça, elle arrive à se rendormir. Sur le coup des 9 heures, on émerge et on rigole bien en constatant qu’on est à l’angle d’un grand marché hebdomadaire avec une trentaine de stands. On avait certes repéré des panneaux d’interdiction de stationnement de l’autre côté du parking et on les avait respectés. En s’en approchant, on comprend mieux à quoi ils servent, c’est effectivement pour le lundi matin… Mais personne n’est venu nous déloger, chose qui ne se serait pas passée comme ça à Fribourg, selon Philippe. Trop beau, on n’a plus qu’à prendre les sacs à commissions, il fallait justement qu’on refasse le plein ! Les stands proposent exactement les mêmes choses qu’au marché qu’on avait visité avec nos potes d’Eleochoria deux semaines auparavant, c’est marrant. Même charrettes pour les ménagères, même bottes de poireaux à côté des mêmes stands qui vendent exclusivement des oeufs.

Après ça, on part pour une bonne marche de 5 heures au-dessus du village, le long des gorges. Il ne fait pas très beau, on n’aperçoit pas un seul instant ce fichu Mont Olympe. Mardi, météo de mouize alors journée farniente. On n’avait plus fait ça depuis un moment, donc c’est très agréable.

Mercredi, petite sortie en vélo. Mais on a visé haut en termes d’itinéraire et comme Valentine déteste la montée, on n’a pas fait très long. Au bas de la descente, on s’arrête visiter un monastère. C’est la première fois qu’on entre vraiment dans un bâtiment. L’intérieur est richement décoré, bien davantage que les églises qu’on a l’habitude de voir chez nous !

Vue sur les sommets enneigés qui entourent le Mont Olympe, et un peu aussi sur la gorge

En route vers les Météores, un des bijoux de la Grèce continentale

Jeudi, déplacement vers Kalambaka, qui constitue camp de base pour explorer les Météores. On ouvre les yeux sous la pluie et par moins de 10 degrés dans Louise. C’est presque plus dur pour la tête que pour le corps en fait… xD On garde le moral malgré tout et on reprend le volant. Stop à Larisa, où Philippe est content de voir de la vie, des gens dans les rues. On en profite pour manger une pita végétarienne. C’est à chaque fois assez grandiose de rentrer dans ces sandwicheries où la viande est reine et de demander un pain garni sans chair animale… du coup, on a droit à double dose de frites, on s’y fait peu à peu.

Jeudi soir et vendredi, on passe la nuit dans une auberge de jeunesse à Kalambaka. Oui, on a un chauffage, oui, on a choisi de vivre dans un van. Aveu de faiblesse ou non, on a rendu les armes face à la météo qui annonce des températures proches de 0 au petit matin. Le « hostel » est correct, assez moderne, et presque vide. Il est super mal chauffé, pas sûr qu’il fasse meilleur dans les dortoirs au final… mais la salle commune est agréable et on profite quand même des petits luxes du quotidien (eau tiède et égouttoir à vaisselle, quoi). On rencontre Alex, un Français de 22 ans parti de Paris en vélo. Il dort dehors normalement, mais se repose un peu là parce qu’il s’est blessé dans une chute. On relativise, on se dit que ces Français sont des sacrées bêtes avec leur vélo, et qu’on pensera à lui et aux 3 autres cyclistes d’Eleochoria la prochaine fois qu’on se plaindra du froid…

Ça y est, Philou sort le baudrier !

Alex a connu un couple de compatriotes qui sont aussi dans le coin avec leur van. Ils voyagent pour faire de l’escalade. Ces trois-là proposent à Philou d’aller grimper ensemble aujourd’hui samedi. Une aubaine pour lui qui bave depuis deux jours devant ces superbes formations rocheuses au sommet desquels trônent toute une série de monastères. Il est monstre content de pouvoir sortir son matos (baudrier, corde, casque, chaussons, …) de la caisse rouge sur le toit. Avant ça, le vendredi, on fait le tour de ces fameuses Météores à pied par les hauts, ça prend trois heures et quelques. Le site est désert alors qu’il est parfois inaccessible à cette période en temps normal. Les monastères sont en revanche fermés au public. Comme quoi on ne peut pas tout avoir, mais à choisir, on décrète qu’on préfère la tranquillité absolue.

Un avis sur « Une semaine à l’intérieur des terres »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :