Un festival folkorique, la mer une dernière fois et puis la fin des noix de coco 

On s’est enfoncéEs dans l’état de Veracruz sur recommandation d’un couchsurfer qui nous a parlé du festival Cumbre Tajín

(du nom du site archéologique juste à côté) de Papantla. On voyant le programme dense, on a choisi de faire la totale des 3 jours de festivités. Au menu: danses traditionnelles en costumes, démonstrations de « voladores », ateliers tissage, cuisine, poterie et le soir, concerts de groupes apparemment super connus. Ça fait tout bizarre de retourner dans un festival, d’être dans une foule. Le site est sur-surveillé, police, armée, compagnies privées de sécurité, hélicoptères et tout le toutim. Ça donne une ambiance spéciale. Spéciale aussi notre réaction quand on voit des agentEs en uniforme plantéEs sur leur téléphone, ou en train de filmer une démonstration, ou en train de faire du shopping dans les stands d’artisanat… 

Toujours à ce Cumbre Tajín, on expérimente notre deuxième temazcal du voyage, qui s’avère être à nouveau un très joli moment de purification et de connexion avec la Pachamama.

On ne parvient par contre pas à visiter le site archéologique de Tajín, découragéEs à l’entrée par une file d’attente comme on en a rarement vu!

La pension dégotée à Papantla n’est pas des plus folichonnes mais elle est tenue par un couple attentionné. Le village est connu pour les voladores ET pour la culture de la vanille, qu’on peut admirer directement dans le jardin de nos logeurs/-euses! 

Plantations de vanille

Après le festival, le moment est venu de retourner au bord de la mer, côté Atlantique. On a encore une fois eu pas mal de bol puisqu’un couchsurfeur a accepté de nous loger dans son camping/hostel entre mer et mangrove. On atterri alors à Tecolutla, dans un très joli endroit où on rencontre la dizaine de bénévoles qui donnent un coup de main. On fait connaissance avec un voisin un peu spécial: un crocodile en liberté dans le fleuve…

Vue depuis le camping!

L’échange avec notre hôte n’est pas tout à fait comme on a l’habitude en couchsurfing. Il ne nous calcule pas trop et on trouve presque ça un peu dommage. Il passe quand même un accord avec Philou: des heures d’électricité pour des réparations dans le camping contre des petits-déjeuners. Si la proposition nous surprend d’abord, on est finalement très satisfaitEs de ce troc. MacPhilou Gyver travaille un moment le matin et on part à la plage ou se balader ensuite.

Les plages de Veracruz ont une réputation moins fameuses que leurs cousines des Caraïbes ou du Pacifique. Mais on croise pas mal de MexicainEs en goguette au bord de l’eau. Très peu de touristes étrangerEs et une immersion totale dans le Mexique qu’on aime. Mention spéciale pour le « torito » découvert dans la région. C’est une sorte de Baileys artisanal dont les variétés à base de produits locaux font toutes saliver: café, coco, cacahuète pour nos préférées…

Une semaine dans la ville de Veracruz

On distingue l’état de la ville en parlant de cette dernière comme du « puerto ». On y passe notre dernière vraie semaine à marcher beaucoup beaucoup, à manger des fruits exotiques et des tacos vegan beaux et goûteux, à écouter de la salsa, à se faire mener en bateau et à payer des piña colada au prix fort. Il fait de plus en plus chaud, on entretient notre bronzage.


Émotions fortes à CDMX avant de rentrer

Et puis on repart pour Mexico, où on est contentEs de retrouver Fanny et Jorge qui acceptent de nous héberger encore une fois. On profite du temps passé ensemble, doutant que l’occasion ne se représente de sitôt. 

On fait les dernières emplettes au marché de leur quartier. On va rendre visite à Xosém, qui avait loué une chambre à Valentine lors de son séjour en 2017. Et puis on s’embarque pour le Six Flags, un parc d’attractions de la périphérie. Tous les manèges sont gigantesques, on flippe autant qu’on a envie de les essayer. On passe du rire aux larmes, ça faisait des années qu’on n’avait plus fait ça! Et de se rendre compte que les années n’enlèvent pas le vertige ni la peur. 

Crédits photo: Fanny la magicienne


« On va juste en boire une et après on rentre »

La dernière soirée dans la capitale devait être simple, conviviale et tranquille. C’était avant que, pour répondre à notre requête d’aller prendre un verre, Fanny ne suggère un bar « très sympa mais qui sera assez calme ce soir, c’est lundi ». Il s’est avéré que ledit bar fêtait justement son anniversaire. Dès notre arrivée, on s’est donc vu offrir des petits cadeaux aux couleurs de l’établissement. On s’est ensuite attabléEs et alors qu’on regardait la carte, le serveur nous a apporté des boissons et des tapas. Les premières d’une loooongue série après qu’il nous a littéralement recommandé de ne rien commander…puisque tout allait nous être offert! On a bu pas mal de mezcal pour des gens qui n’aiment pas le mezcal!

Heureusement qu’on n’a rien commandé…

Bref, on a fait la fermeture du bar. Philippe s’est invité à la table de la patronne, qu’il a fait rigoler tout entière (la table, pas la patronne) en racontant Dieu sait quelles blagues. Et autant dire qu’on ne s’est pas ruinéEs…

Sans surprises, le réveil du lendemain matin n’était pas des plus agréables. Pas de bol, c’est justement ce jour-là qu’il faut aller prendre l’avion du retour! Le vol est néanmoins programmé dans la soirée. On tente alors de récupérer de la « cruda » comme on dit au Mexique en s’enfilant une dernière volée de tacos et en absorbant des breuvages miracle. L’envie de rentrer en Europe n’est pas vraiment là. Toutes les images des 5 derniers mois défilent dans nos têtes fatiguées. On sera tristes de ne plus parler espagnol, cette langue qu’on a continué d’apprendre tous les jours et dont on utilise certains mots dans nos phrases françaises désormais. 

Ce qui ne va pas nous manquer par contre: le bruit et l’incertitude autour des questions de sécurité. Même s’il ne nous est strictement rien arrivé à ce niveau-là en 5 mois! Bref, c’est un sujet en soi qu’on ne va pas développer ici. Le bilan de l’aventure mexicaine est tout à fait positif et on repart avec des souvenirs aussi contrastés que l’est cet incroyable pays! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :